Le "véritable" commissaire

Loïc Garnier

 

 

Comme pourrait le dire, le grand conteur et chantre de la consommation télévisuelle, Pierre Bellemarre, c'est une histoire extraordinaire.

Je suis sans doute l'un des rares auteurs à avoir rencontré son personnage.

Mais comment est-ce possible me direz-vous ?

A l'origine, quand j'ai créé mon personnage principal, je m'étais attaché à être le plus passe-partout possible. Il me fallait un prénom breton, Loïc s'est imposé de manière presque naturelle. Il me fallait un nom, pas trop typé et en même temps qui passe bien. Sur un moteur de recherches, sur Internet, j'ai tapé Garnier, j'ai obtenu plus de 3 millions de réponses. Loïc Garnier, commissaire au S.R.P.J de Rennes était donc né.

Mon commissaire en était à sa troisième aventure quand j'ai reçu, un jour de janvier, le 20 plus précisemment, un mail d'un monsieur se déclarant être le vrai Loïc Garnier. De surcroît, mon interlocteur occupait une fonction identique. Imaginez ma surprise. Pour être honnête, ma première idée à été de croire à un canular. Puis, en regardant son adrese e-mail, le doute n'était plus permis, j'avais face à moi le commissaire divisionnaire Loïc Garnier, chef de la Brigade de Répréssion du Banditisme, excusez du peu.

Nous avons commencé à échanger des mails, puis, un jour, ce fut par téléphone que l'amitié se concrétisa. Un autre grand moment. Je vous assure que ça fait très bizarre d'entendre parler un personnage que vous avez créé de toutes pièces.

Puis, ce fut un cadeau formidable que Loïc Garnier me fit. A l'occasion de ma venue au salon du livre de Paris, il me proposait une visite guidée du célèbre quai des orfèvres. La mecque de tout auteur de polars. J'y serais allé sur les mains plutôt que de rater ce rendez-vous.

Loïc Garnier à poussé l'amabilité jusqu'à venir me récupérer à ma descente de train. J'en profite pour le remercier encore pour m'avoir accorder du temps sur sa vie de famille déjà malmenée par son prenant métier. J'en profite aussi pour saluer sa charmante et sympathique compagne, Frédérique, chanteuse lyrique à ses heures.

La visite à commencé par les bureaux de la B.R.B, situés dans les locaux de la préfecture de police puis s'est poursuivie au mythique 36 quai des Orfèvres, qui accueille, notamment, la célèbre brigade criminelle, source d'inspiration de nombre de mes collègues auteurs, pour se terminer par un passage dans les couloirs du palais de justice de Paris.

J'ai ainsi pu m'imprégner d'un univers, d'une ambiance. Dans ces couloirs, même vides le jour de mon passage, flottent encore les ombres des grands criminels qui sont passés entre les mains des enquêteurs. Réellement impressionnant.

Un grand moment que je ne suis pas près d'oublier !

Alors qui est Loïc Garnier ?

Laissez tomber tous les clichés que vous avez en tête. Rien de commun avec Navarro et son révolver coudé (si, si, regardez bien, quand il met en joue, son arme est tenue de manière oblique mais il arrive quand même à toucher sa cible située en face), rien de commun avec Cordier et ses locaux High-tech. Une similitude avec Moulin, sa passion du terrain, d'être au plus près de ses hommes et de l'action. Une similitude aussi avec le capitaine Fournier de la série PJ, de part son attitude posée et réfléchie.

Là s'arrêtent les comparaisons avec les héros de télévision car Loïc Garnier, et les policiers sous ses ordres, n'ont pas le droit à l'erreur, pas de possibilité de se rater. Ils jouent leurs vies sans filet face à tout ce que la pègre compte de braqueurs, casseurs, voleurs et terroristes en tous genres. Ce sont eux les véritables héros.

Loïc Garnier a plus de vingt ans de police derrière lui et déjà un beau parcours. Numéro 2 de la brigade criminelle, chef du GIR 92 et, quand nous nous sommes rencontrés, patron de la Brigade de Répression du Bandistisme. Depuis il est revenu à la "Crim" pour en devenir le patron, avant d'être nommé chef de l'Unité de Coordination de la Lutte Anti Terroriste au poste de Controleur Général, et ce n'est sans doute pas fini.

Chapeau commissaire !

Le commissaire divisionnaire Loïc Garnier. Ne vous fiez pas à son attitude décontractée, c'était pour la photo, et une preuve de son grand humour.

Pas donné à tous les auteurs de poser avec son personnage, du moins son homonyme/

 

La préfecture de police de Paris, où sont situés les locaux de la B.R.B

 

Face à la Préfecture, inutile de vous présenter le monument.

Le commissaire s'est mué en photographe pour m'immortaliser devant le quai des Orfèvres

L'entrée du quai des Orfèvres

C'est bien la bonne adresse

L'accès, par la cour intérieure, à la crim', aux stups et à la direction.

L'étage de la brigade Criminelle

Pas de risque de se tromper

Le filet anti-chute à hauteur de l'étage de la crim'. Régulièrement testé par la commission de sécurité interne au service

Vue rare. Des clichés pris depuis le toit du quai des Orfèvres. Le Sacré-Coeur au loin

La Tour Eiffel dans la brume de la pollution

La Tour Montparnasse

Le véhicule d'intervention de la B.R.I, appelée aussi Anti-Gang. Vaut mieux ne pas être manchot pour le sortir vu la taille de l'engin et l'etroitesse du porche donnant sur la rue.

 

 

Le palais de justice de Paris.

Un tout autre monde

La salle des pas perdus

Un couloir parmi tant d'autres. Il y en a 32 kilomètres comme ça !